À une telle question, on répondra évidemment que cela dépend du pratiquant. Certains seront attirés par l’esthétique de la discipline, d’autres par la dynamique, le travail en souplesse, l’énergie, l’ambiance du cours, etc. Je pense que la motivation la plus intrinsèque fait intervenir la notion de misogi (purification en japonais). Tout le monde s’accorde pour dire qu’après un cours, on se sent comme nettoyé.

La plupart des pratiques de l’Aïkido y concourent :

  • Le Gi Gong qui nous ouvre aux énergies ;
  • Le rythme du cours, souvent intense, qui fait intervenir la filière aérobic (au même titre que le jogging) qui provoque une «bonne suée ;
  • Les chutes, qui pratiquées avec relâchement, offrent un massage profond du dos et des trapèzes ;
  • Les immobilisations accompagnées de clés respectueuses du sens des articulations qui littéralement, « essorent » le corps

Très peu de disciplines amènent de telles sensations. Une belle expérience à vivre ! Et vous, que recherchez-vous dans la pratique de l’Aïkido ?